Intervention sur le budget « Solidarité, insertion et égalité des chances » du Projet de loi de finances 2024

Hier soir au Sénat, je suis intervenue sur le budget « Solidarité, insertion et égalité des chances » pour 2024, qui concerne notamment les personnes handicapées, la protection de l’enfance et les violences faites aux femmes.

-> ll concrétise enfin une avancée majeure soutenue par le Sénat, celle de la déconjugalisation de l’Allocation pour les adultes handicapés, qui ne dépendront plus des revenus de leurs conjoints pour en bénéficier. 

-> En revanche, d’autres crédits posent problème : j’ai rappelé la mission impossible que le gouvernement transfère aux départements Toute l’Alsace pour la prise en charge des mineurs non accompagnés, relevant en partie de la politique migratoire et du domaine régalien de l’Etat

-> Les moyens insuffisants accordés aux politiques de protection de l’enfance se heurtent aux réalités : la Commission indépendante sur l’inceste et les violences faites aux enfants (Ciivise) recense en effet 160 000 victimes par an et 70 % de plaintes classées sans suite. Parmi ses préconisations, certaines peuvent être appliquées rapidement pour mettre les victimes à l’abri. Le gouvernement doit s’engager à les prendre en compte. 

-> Enfin, le chapitre des violences faites aux femmes ne peut être envisagé sans aborder la précarité économique croissante des femmes, qui est une violence en soi venant aggraver toutes les autres. Or, l’augmentation du budget pour le droit des femmes est uniquement due à l’aide universelle d’urgence. Et encore, les 13 millions d’euros octroyés sont très insuffisants pour sa mise en œuvre.

La situation économique des femmes devrait être une priorité politique et collective, et nous constatons l’inverse dans les faits : pénalisées sur le marché du travail par leur statut d’aidant (inexistant), les congés maternité, et par les emplois précaires qu’elles occupent davantage que les hommes, cette violence économique ne fait que s’aggraver. 

-> Bilan : ces inégalités se cumulent et se retrouvent dans le montant de leur retraite, inférieur de 40% en moyenne à celles des hommes, rappelons-le. Là encore, il faudra impérativement repenser la dépendance économique des femmes, sujet qui dépasse largement le vote du budget !

Pour voir mon intervention du 5 décembre 2023 http://videos.senat.fr/video.4212389_656f7ed947a65.seance-publique-du-5-decembre-2023-soir